English (UK)Français (FR)

 


Comment AQUAGO solutionne t-il les problèmes liés à l'eutrophisation ? :

Avec plus 15 ans d’expérience sur les plans d’eau à travers l’ensemble du globe, l’équipe d’AQUAGO a développé des services et des produits pour réduire les impacts de l'eutrophisation / dystrophisation. AQUAGO vous accompagne pour sélectionner les solutions les plus efficaces en fonction des problématiques rencontrées et les mettre en œuvre sur le terrain.

intro pladeau

Focus sur le brassage :

En utilisant des machines dont le principe est simple : brasser pour créer des mouvements d'eau ascendants et descendants qui répartissent de façon plus homogène l'oxygène dans tout le volume d'eau, permettant d'enrayer le processus d'eutrophisation.

schemfonction

 

A propos :

Le terme générique d’un écosystème aquatique continental recouvre une grande diversité de milieux, tous caractérisés par l’omniprésence de l’eau. Elle peut être douce, salée, saumâtre, vive ou lente. La discipline qui étudie ces milieux se nomme : la limnologie. Elle classe ces milieux en deux grands groupes : les milieux stagnants (lentique) représentés par les plans d’eau, et les milieux courants (lotique) représentés par les rivières. (D’après le guide illustré de l’écologie, 2007)

AQUAGO s’intéresse plus précisément aux milieux stagnants. Suivant leurs tailles, leurs profondeurs, leurs morphologies, leurs localisations, leurs utilisations, ces milieux fonctionnent et réagissent différemment. Mais ils sont régis par des principes généraux. Pour comprendre ces principes et leurs influences sur le milieu, il faut garder à l’esprit que tout est en interaction et rien n’est isolé.

ecosys

Définition d'un plan d'eau :

Un plan d’eau est lié à la présence d’une dépression naturelle, d’un barrage (moraine, éboulement, ou glissement de terrain), d’une dépression, d’une contre pente, etc. qui ralentit ou arrête l’écoulement de l’eau, ne communiquant pas directement avec l’océan, avec une profondeur suffisante et une durée de séjour des eaux assez longue pour qu’il existe une zone pélagique1 ou une stratification thermique stable pendant une partie de l’année (Pourriot et Meybeck, 1995).

A l’échelle géologique, un plan d’eau naît, évolue plus ou moins rapidement en fonction de son bassin versant et disparaît: l’eutrophisation naturelle,. Exemple : le lac Baïkal est âgé de plus de 2 millions d’années.

L'eutrophisation des plans d'eau :

L’eutrophisation est un mécanisme naturel d’enrichissement de l’écosystème aquatique en éléments nutritifs (comme le phosphore, l’azote etc). L’augmentation de ces éléments est d’origine allochtones (ruissellement et apport du bassin versant) et autochtones (exemples: cadavres de poissons, de zooplanctons, de végétaux morts) Cette augmentation en éléments nutritifs provoque l’augmentation de la biomasse du plan d’eau. Cette augmentation va créer un cercle vicieux de production de biomasse provoquant jusqu’au comblement du plan d’eau.
L’échelle de temps est normalement de plusieurs milliers voir millions d’années.

Cependant, avec les apports excessifs des bassins versant suite à divers rejets (domestiques, industriels, agricoles) et/ou les usages de certains plans d’eau, le délai pour observer l’eutrophisation et la baisse de qualité de l’eau est de quelques dizaines d’années voir années. Il faut alors parler de dystrophisation ou d’eutrophication.

Les signes de dégradation de la qualité d’eau sont multiples. En voici les principaux :

  • Les eaux vertes,
  • La prolifération d’algues filamenteuses et plantes aquatiques
  • Les problèmes d’odeurs 
  • La mortalité piscicole
  • L’envasement des plans d’eau
  • La prolifération de cyanobactéries
  • La chute de l’oxygène dissous dans la zone profonde
  • La perte de transparence

Pour définir l’état d’eutrophisation ou dystrophisation, il existe des échelles. Une des échelles la plus connue est celle de Carlson (voir ci dessous).

carlson2